Panier City Card
Total

Le Jordaan

Ce quartier, véritable bastion de la classe ouvrière, a su se faire une réputation solide grâce à ses liens communautaires serrés, sa politique radicale et son amour de la boisson et de la musique folklorique. La gentrification des dernières décennies a attiré plus de galeries, de restaurants, de boutiques spécialisées et d’habitants plus aisés dans ces rues pittoresques, mais le quartier est toujours doté d’une atmosphère unique.

Explorer le quartier du Jordaan

Le Jordaan commence sur le canal Brouwersgracht, juste à l’ouest de la Gare Centrale d’Amsterdam, et s’étend autour de la partie ouest de la ceinture des canaux entre le Prinsengracht et Lijnbaansgracht, avant de finir sur le canal Leidsegracht. La partie située au nord du canal Rozengracht est une zone plus ‘touristique ’et commerciale, même si la zone sud n’en est pas moins charmante et pittoresque.

Rues idylliques

Visuellement, le quartier est caractérisé par ses rues pêle-mêle et ses célèbres cours de jardin (hofjes) créées par de riches bienfaiteurs du 17e siècle pour les personnes âgées pauvres. Même si l’origine exacte du nom ‘Jordaan’ reste un mystère, il se peut justement que ces ‘jardins’ et leur dénomination française y soient pour quelque chose. Après tout, beaucoup de rues du quartier portent toujours des noms de fleurs (Bloemgracht : canal de la fleur ; Egelantiersgracht : canal églantier ; Palmstraat : rue palmier…) et il est difficile de trouver une rue qui ne se vante pas de ses arbres ou arbustes : la glycine parfumée, les jolis bougainvilliers ou le feuillage en cascade.

Une histoire riche (et pauvre à la fois)

Lorsque vous errez aujourd’hui dans les petites rues tortueuses du Jordaan, il est difficile de s’imaginer que ce quartier était autrefois un gouffre de pauvreté sur le point d’être démoli. Construit au début du 17e siècle, à la période du Siècle d’Or d’Amsterdam et de l’arrivée massive de riches immigrants européens, le Jordaan fut d’abord surnommé ‘Nieuwe Werck’ (‘Travail Nouveau’), car il abritait les ouvriers artisans, les charpentiers et les maçons, qui travaillaient dur pour repousser les limites de la ville. Ce fut également la dernière demeure de Rembrandt après sa faillite en 1655 : locataire au Rozengracht184 (un ancien canal qui sert désormais d’artère principale pour la circulation d’est en ouest dans le quartier), il loua également un petit studio près du canal Bloemgracht.

Au 19e siècle, la population avait dépassé tous les records et les conditions de vie s’étaient fortement détériorées. Il y avait une pénurie d’eau potable, les canaux étaient devenus de véritables dépotoirs et les familles vivaient entassées par dizaines dans de minuscules logements en ruine. Après la Seconde Guerre Mondiale, il fut question de démolir le quartier dans son intégralité. Mais par chance, la création à temps des lois sur la conservation des monuments dans les années 1960 a sauvé le quartier. Les maisons furent rénovées, les canaux les plus putrides (dont le Rozengracht et l’Elandsgracht) furent refermés et les cours de jardin obtinrent le statut de conservation.

La vie dans le Jordaan

De nos jours, le Jordaan offre un véritable mélange : de vieux habitants du Jordaan attachés à leurs tradition et leur communauté vivent côte à côte avec de jeunes familles qui emmènent leurs enfants à l’école en bakfiets (triporteur). Vous trouverez de nombreux lieux, restaurants et cafés branchés autour de la place Noordermarkt et le long de la Westerstraat et du Rozengracht, mais le quartier n’est pas non plus en manque de cafés bruns traditionnels. La musique traditionnelle folklorique qui est née ici – des mélodies pompeuses et chargées d’émotions entonnées avec abandon total par une variété de chanteurs vieillissants érigés au statut de véritables saints – est toujours très présente dans le quartier, comme par exemple au Café Nol ou lors du festival annuel du Jordaan.

Quartier Haarlemmerbuurt

A la limite nord du Jordaan se trouve la rue Haarlemmerstraat et son extension, la Haarlemmerdijk. Cette rue est pleine de boutiques originales, d’enseignes indépendantes et des bars branchés – l’endroit idéal pour faire du shopping, sortir diner et siroter un cocktail.